CHRONOLOGIE : LES GRANDES DATES DE LA CHEVRE

Temps préhistoriques

Paléolithique supérieur –20 000 ans : Bouquetin des Alpes capriné chassé dans le centre ouest signalé dans plusieurs stations préhistoriques.

Début du Néolithique –10 000 ans : Les premiers éleveurs et cultivateurs. Un courant  néolithique prend naissance au niveau du croissant fertile avec des courants de migration vers l’Asie, l’Europe et le pourtour méditerranéen. La chèvre, premier animal d’élevage domestiqué, accompagne au fil des millénaires les premiers paysans.

Le Néolithique en Poitou –5 000 ans : L’expansion agricole arrive en Poitou, les courants venant d’Europe centrale, de la Méditerranée, et de l’Atlantique s’y retrouvent. Les courants riches en caprins viennent de Méditerranée et sont fortement présents dans les espaces du Sud.

-3 000 ans traces d’activités fromagères : A Neuchâtel en Suisse, des faisselles sont trouvées, peut être les premières activités fromagères.

Grèce Antique : Récits mythologiques, les caprins inspirent les auteurs des récits et légendes. La chèvre Amalthée nourrit le dieu Zeus dans son enfance.

Palestine ancienne : Les caprins sont repris dans les textes et font partie de la vie quotidienne : le bouc image du mal, de la luxure, bouc émissaire chargé des péchés, agneau et chevreau pour fêter Pâques…

Rome ancienne : Délicieux fromages de Nîmes apportés à César. Les agronomes Varon et Columelle parlent avec connaissance de la chèvre.

Moyen Age

732 Charles Martel arrête les Arabes à Poitiers : selon la célèbre légende, le chabichou serait une tradition fromagère de la région de Poitiers laissée par les Arabes suite à leur défaite.

800 Capitulaire de Charlemagne : Les richesses de la chèvre y sont reconnues.

889 Concile de la Paix à Charroux : Expansion économique et démographique au Moyen Age, il faut cesser les querelles et assurer la prospérité. La chèvre fait partie des biens du pauvre qu’il faut protéger.

Vers 1450 le Grand Coustumier du Poitou : Sur la réglementation des animaux, les chèvres font l’objet de mesures spécifiques. comme l’interdiction de leur présence dans les jeunes taillis de moins de 4 ans.

Temps modernes et révolution

1564 parution du chevrier de Charles Estienne : Un des premiers manuels pour la conduite et l’alimentation des chèvres.

1599 Olivier de Serres publie Le théâtre de l’agriculture et le mesnage des champs : Ouvrage toujours d’actualité, le père de l’agronomie moderne y parle objectivement des chèvres. Des enseignements qui peuvent encore être très utiles.

1669 Ordonnance de Colbert sur la Réformation de la forêt : Le bois est une ressource industrielle stratégique. Les chèvres continuent d’être indésirables dans les forêts.

XVIIIème siècle (le siècle des lumières) : Avec les physiocrates, développement de l’agriculture et de l’élevage,  mise en valeur des domaines fonciers, création des sociétés d’agriculture. Les espèces animales domestiques sont mises en avant, sauf la chèvre, celle-ci sera critiquée et absente de toute démarche de développement pendant plus d’un siècle.

1791 et époque Révolutionnaire avec mutation des régimes agricoles communautaires : L’initiative agricole individuelle se libère de contraintes collectives. Il est plus facile d’avoir des animaux même pour des non-laboureurs. C’est l’expansion caprine de la révolution qui pour certains va jusqu’à troubler l’ordre public.

XIXème siècle et début XXème

XIXème siècle Révolution industrielle et agricole et développement des moyens de transports : sont mises en place les composantes qui seront les bases du système caprin du Poitou.

1875 Ravages du phylloxéra en Poitou : Reconversion avec un nouvel intérêt pour l’élevage ; le vignoble charentais se convertit dans l’élevage laitier.

1888 Création de la première beurrerie coopérative : Par Eugène Bireau à Chaillé. C’est la naissance de l’important mouvement coopératif régional avec l’Association Centrale des Laiteries Coopératives à Surgères en 1893. Ce mouvement sera à l’origine des fromageries coopératives et de la filière caprine du Poitou Charentes actuelle.

Années 1900 Plein essor de la Société caprine en France : Les bienfaits du lait de chèvre contre la mortalité infantile urbaine sont reconnus. La chèvre est réhabilitée, elle a sa place dans les manuels, la presse et le développement agricole. Le docteur Crépin est un des grands artisans de cette démarche. En 1906 est publié son livre sur l’élevage de la chèvre.

1906 Création de la première fromagerie caprine coopérative à Bougon dans les Deux Sèvres : Le pasteur Enard en est la cheville ouvrière. 200 producteurs en 1909 avec 1 200 chèvres.

1907 Premier concours caprin à la foire exposition de Niort

1918 La laiterie coopérative de la Mothe St Héray transforme le lait de chèvre : Dans les années suivantes, cette initiative sera reprise par bien d’autres coopératives laitières.

1921 Epidémie de fièvre aphteuse : Le cheptel caprin est décimé. Importation de l’Isère de chèvres de race alpine organisée par la laiterie de Bougon.

1925 Organisation de concours d’animaux laitiers à la Mothe St Héray : La race caprine Poitevine et les vaches Parthenaises sont les atouts de l’élevage local.

Temps actuels

1939 – 1945 Deuxième guerre mondiale. Crise de l’expansion caprine : Les laiteries de la Vienne chutent de 30 % en collecte.

1946 Mise en place d’un contrôle laitier par la laiterie de Bougon : Les débuts d’une sélection des animaux selon leurs performances.

1950 – 1980 Les trente glorieuses. L’irrésistible ascension caprine du Poitou Charentes : La collecte est multipliée par six.

1961 Congélation du caillé de chèvre : Les fabrications fromagères échappent aux aléas saisonniers des lactations.

1970 et plus Le Poitou Charentes manque de lait de chèvre : Appel à d’autres régions françaises pour alimenter l’industrie locale (création de chèvreries dans le Morbihan en Bretagne, appel aux producteurs de Crest dans la Drôme, de Caussade et de Villeréal dans le Sud Ouest…).

1970 – 1980 Délocalisation des bassins traditionnels de production caprine : De grandes régions d’élevage créent des unités caprines (Nord bocager des Deux Sèvres, Vendée, Sud du Maine et Loire, Confolentais, Montmorillonais…).

1981 Première crise de surproduction caprine : Les rançons du progrès.

1990 Premier fromage du Poitou à avoir son A.O.C. le Chabichou du Poitou

1996 – 1997 premières démarches pour limiter les volumes de lait de chèvre  en vue d’éviter une surproduction de lait et de maîtriser les importations désordonnées des pays de la C.E.E. (Espagne, Hollande).

1998 Début des démarches pour l’accession du chèvre boite et du Mothais sur Feuille en A.O.C. : Il faut faire reconnaître les savoir-faire et la spécificité du seuil du Poitou (plaine calcaire entre les monts du Limousin et les derniers contreforts du Mont Armoricain) comme espace fromager caprin.

2000 : Importation record de lait de chèvre en France